VII. Pas trois mais quatre

 


Pas trois, mais quatre quoi ? Ah oui :
Trois sans-atout, quatre coeurs : Je préfère la manche à coeurs.
C'est vrai, au bridge, le mort ressuscite en fin de donne pour pouvoir débuter les enchères suivantes.
Ensuite, un autre mort meurt lors du jeu de la carte. Donc, ce sont quatre joueurs, puis trois, puis
quatre… qui participent au jeu. Faut-il y voir un pont entre la vie et la mort? Va t-on enfin se
décider à ne jouer au bridge que dans des pyramides? Des catacombes? Des cercueils géants?
C'est une bonne idée, mais que nenni. Alors, c'est sa girouette qui est cassée, elle a perdu le nord?
Non, neti, neti(1), pas ceci, pas cela.
Il était une fois un mauvais auteur qui agaçait son impatient lecteur, et un bon auteur, qui avait
inventé la poésie hyperbolique, et qui s'efforçait de calmer les énervés sus-mentionnés.
La preuve :

 


Oh,
Il faut
Maintenant
Respirer lentement,
Et aller mettre des guêtres,
Et faire une promenade champêtre,
on mouille un index avant de tourner la page,
Enfin, on va se décider à tourner cette ….. de page
On peut faire un poème très pauvre avec des rimes très riches. C’est le principe même du
capitalisme. Bon, ça va. Comme dit le célèbre dicton « un vers, ça va, trois vers bonjours les
dégâts », alors sept… Mais faire rimer un vers tout seul, c’est pas simple.

 

 

 


note1: Neti est le terme sanskrit utilisé pour affirmer que nous sommes beaucoup plus que ce qui nous rattache au monde, le corps, l'ego,
etc.

                                                                                                                                                                                                                                            23

VIII. Pas trois, mais quatre religions monothéistes

 


Ah bon ? On nous répète toujours qu’il y en a trois. Et là, ça fait combien ?
 ●le Judaïsme
 ●le christianisme
● l'Islam
● la Foi bahaïe
Sans compter les interventions en Asie, Dieu a guidé les hommes en tous temps et en tout lieu, à des
degrés divers, pourquoi n'aurait-Il pas envoyé un Messager récemment déclaré (vers 1850)?
N'était-il pas utile de transmettre un message intelligible à tous? Ne fallait il pas notamment
dévoiler un niveau subtil de la Volonté de Dieu?
La désignation « Messager » ne se veut pas réductrice. Élu, Ambassadeur de Dieu serait plus précis,
mais nous faisons référence aux messages qui nous ont été transmis.
(Bible Jean 16-25) Jésus parle de son retour :
« Tout cela, je vous l'ai dit en figures. L'heure vient où je ne vous parlerai plus en figures; je vous
parlerai du Père(1) en toute clarté ».
(Religions humanité - Le judaïsme) Il est dit à propos de la doctrine du judaïsme:
« L'objectif est un règne de paix et de justice, qui s'établira sous l'égide d'un homme, le Messie,
choisi par Dieu et descendant du roi David. L'humanité vivra dans l'abondance et le peuple juif
verra la fin de son exil : il reviendra en terre sainte et se repentira de ses fautes . Le monde entier
reconnaîtra Dieu et acceptera sa souveraineté. Selon la tradition juive, l'humanité deviendra
végétarienne, comme elle l'était avant le déluge. Cette ère messianique sera celle de la réconciliation
entre les peuples, et Jérusalem sera le centre de l'humanité.
Rien ne permet de savoir quand cette période bienheureuse commencera. Certains rabbins pensent
que le monde durera 6000 ans, et que le 7 e millénaire en sera l'apothéose [..]. La certitude de son
destin qui anime le peuple juif est la conséquence de la promesse faite par Dieu à Abraham, il y a
près de 4000 ans. »
Démonstration du bidule :
• L'année 2016 du calendrier chrétien correspondant à l'année 5776 du calendrier hébraïque,
nous sommes donc à la veille du 7e millénaire du calendrier hébraïque, et à l'échelle de Dieu c'était
déjà vrai il y a un siècle et demi, voire peut-être il y a des milliards d'années. Nous, pauvres mortels,
aimons cependant donner des rendez-vous avec une précision inférieure à quelques siècles, sauf en
Asie.
● La grande majorité des pays modernes a enfin compris que les guerres sont nuisibles aux
parties belligérantes. Les accords commerciaux durables partout dans le monde se veulent
pacificateurs.
● L'abondance est plutôt surabondance, mais mal répartie.
 ●L’État d’Israël, sis en terre sainte est mondialement reconnu.
 ●Le végétarisme a un vent force 10 en poupe, toutes voiles dehors, sur mer lubrifiante.
Quant aux fautes à repentir, je ne veux pas le savoir. Que Jérusalem soit le centre de l'humanité, je
pense que c'est à prendre au sens symbolique, mais en tout cas ne suis pas contre. Le règne de la
justice a encore des progrès à faire, d'accord. Dieu tient toujours ses promesses.

 

 

 

 


note1: Le Père désigne Dieu. Je prétends que le père noël n’existe pas.

 

                                                                                                                                                                                                                                        24

 

Il se trouvera toujours des théologiens en herbe ou sérieux pour dire que non non. Les écrits laissés
par le Messager à l’origine de la Foi bahaie étant à la fois simples mais détaillés, et très cohérents
avec les vedas (écrits de la Tradition Indienne) ne me laissent aucun doute sur l’authenticité de cette
dernière Révélation. Donc oui oui. N’étant pas de la caste des brahmanes, c’est grâce à la Foi bahaie
que je me suis sentie autorisée à dévoiler des secrets ne m’appartenant pas. Ne nous leurrons pas:
n’étant pas infaillible, je pète de trouille quand même.
***
Une petite description des origines de la Foi bahaie s’impose. Je me suis contentée d’effectuer une
compilation d’extraits tirés de la littérature bahaie.
Mirza Husayn'Ali Núri, révéré maintenant sous le nom de Bahá'u'lláh, (la Gloire de Dieu), naquît à
Téhéran le deuxième jour du mois Muharram 1233(1) (novembre 1817) dans une haute famille de Núr
qui, pendant de longues années, avait fourni des hommes d’État à la dynastie régnante. Sa parole
éloquente, la science des Écritures dont il fit preuve dans les discussions avec les docteurs, valurent
à la Foi bahaie de nombreux adhérents. Emprisonné à Téhéran après la tentative d'assassinat contre
le Shah, bien qu'aucune charge de complicité n'ait pu être relevée contre lui, il dut la vie à
l'intercession de l'ambassadeur de Russie, et fut, avec les siens, exilé à Bagdad.
Son esprit élevé, la noblesse de son âme, comme aussi sa piété, firent de lui en peu de temps le
véritable chef de la communauté. Et lorsque, plus tard, en 1863, il déclara ouvertement être Celui
qu'on attendait, la grande Manifestation de Dieu promise dans les Livres pour les derniers jours, il
n'eut même pas à convaincre de nombreux disciples qui déjà croyaient en lui. Effrayé des progrès
que faisait la nouvelle religion dans cette province périodiquement fréquentée par des milliers de
musulmans se rendant en pèlerinage aux sanctuaires de Karbila, ou traversant Baghdad pour aller à
La Mecque, le Sultan décida d'envoyer les Persans à Constantinople où du moins il pourrait
surveiller de plus près les effets de leur propagande.
Mais cette mesure n'ayant pas réussi à entraver les progrès de la Foi bahaie, il les exila d'abord à
Andrinople, puis finalement dans la ville forte de Saint-Jean-d'Acre, où ils arrivèrent à la fin d'août
1868. C'est là que Bahá'u'lláh mourut le 29 mai 1892, après avoir établi les bases de la nouvelle
religion dans de nombreux ouvrages.
***
A part ça, quoi de neuf, Docteur ?
Le maître mot de la Foi bahaie est UNITÉ.
Ses principes peuvent donc se résumer ainsi :
 ●l'humanité constitue une unité (la terre n'est qu'un seul pays); Les préjugés liés à la race, à
l’appartenance ethnique, à la nationalité, à la religion, à la classe sociale ou au sexe des individus,
doivent être totalement éliminés. L'évolution naturelle de l'humanité est la paix mondiale.
● unicité de Dieu; toutes les religions ont un fondement commun; la religion doit être source
d'unité entre les hommes, être en conformité avec la science et la raison. Tous les hommes doivent
rechercher la vérité. Au niveau de l’individu, la justice est cette faculté de l’âme humaine qui
permet à chacun de distinguer le vrai du faux.
 ●les femmes et les hommes ont été et seront toujours égaux aux yeux de Dieu.
 ●Les écarts extrêmes de richesse et de pauvreté doivent être abolis.
 ●L’ail n’est pas interdit(2).

 

 


note1: Selon le calendrier Islamique
note2: Bahá'u'lláh ne mangeait pas d’ail. Les disciples en avaient conclu que l’ail était probablement interdit par la nouvelle religion.
En fait, le Messager n’aimait pas l’ail...

 

                                                                                                                                                                                                                                                          25

Ayons une pensée émue pour les bahais encore persécutés en Iran en ce début de millénaire.
A mon avis, s'attaquer à autre religion sous des prétextes religieux (donc au nom de Dieu), revient à
utiliser Dieu contre Lui-même, forme la plus marquée de contradiction du troisième
commandement « Tu n'utiliseras pas le nom de l'Éternel ton Dieu pour tromper ». Je ne connais
pas de plus grand crime, mais Dieu seul jugera.
Voulant rester centrés sur l'essence des religions, nous n’aborderons que peu les aspects sociétaux
(la terre n'est qu'un seul pays, nécessité d'un gouvernement mondial), révolutionnaires au XIXe
siècle mais désormais seuls remparts raisonnables contre le libéralisme anarchique.
***
La bibliographie bahaie est volumineuse et libre de droits sur internet :
http://www.religare.org/u-bahai.php
Il faut chercher une petite icône : Téléchargez tous les livres baha'is:  Cliquez ici
Nous nous intéresserons à cinq livres, disponibles aussi en format papier. :
Les paroles cachées (paroles cachees.pdf): Écrit de la main même du Messager, ce livre, petit mais
costaud dévoile avec clarté et sans détails inutiles les principes fondamentaux des religions, en
parfait accord avec la Tradition Indienne. Les citations seront désignées par (Paroles cachées
Partie.verset).
Les 7 vallées (7 vallees.pdf): Il s'agit d'une lettre écrite par le Messager à un ami Soufi, dans
laquelle Il décrit les étapes de l'évolution spirituelle. Les citations seront désignées par (7vallées
verset) .
Les leçons de Saint-Jean d'Acre (ba_leco.pdf) : Ce livre consigne une interview du fils aîné du
Messager par la journaliste Laura Clifford Barney. Les grandes questions de la vie y sont abordées,
classées par thème. Les citations seront désignées par (Leçon Acre Partie.verset).
Le livre de la certitude (livre de la certitude.pdf): Écrit de la main du fils aîné du Messager, donne
des conseils en vue de l'évolution spirituelle. Les citations seront désignées par (Livre certitude
verset).
Livre de prières (livre de prieres.pdf): Ce recueil de prières écrites principalement par le Messager
et classées par thème permet en général de trouver une prière adaptée à la sensibilité de chacun,
donc récitée avec sincérité. Les citations seront désignées par (Livre prières verset).
Les citations utilisées pour justifier notre argumentation seront principalement issues des vedas et
des écrits bahais. Les vedas, contrairement aux religions, ont la particularité de s’intéresser
davantage à la dimension intérieure de la spiritualité (par opposition aux règles de vie), et la Foi
bahaie réussit à exprimer de façon réellement surprenante la même réalité.
On pourrait objecter que la foi bahaie se soit appuyée sur les écrits védiques, mais c’est peu
probable. Les quelques traductions des vedas disponibles au XIXe siècle étaient peu commentées,
donc peu utilisables. De plus, Baha’ullah a passé presque toute sa vie en prison, et n’a donc très
probablement pas pu se faire aider par des Maîtres spirituels indiens. Ajoutons que l’authenticité des
écrits bahais ne peut être contestée. Personne n’aurait pu avoir ni l’idée ni le temps de les trafiquer.
D’autre part, étant beaucoup moins connus ceux des autres religions, les écrits bahais et les vedas
apportent une valeur ajoutée non taxée spécifique à cet ouvrage.
De vieux souvenirs induiront quelques références à la Bible, mais par contre l’utilisation du Coran
restera marginale. Il est difficile de tout faire.

 

                                                                                                                                                                                                                                                      26

IX. Thèmes de la vie spirituelle

 


Il peut paraître présomptueux d'oser aborder des questions habituellement considérées
comme sans réponse. Mais, comme on le verra, ces réponses sont données par différentes
Traditions. Un point très important est que ces Traditions sont cohérentes entre elles et acceptables
par la raison, mais leur valeur dépend de la confiance que l'on leur prête. Par contre, mes
commentaires sont contestables de droit. Les paragraphes suivants ont été classés selon deux
catégories :
• les principes: affirmations issues des traditions.
• bases: points d’appui utilisables pour une vie spirituelle.
Au même titre que les axiomes en mathématiques, les principes sont non démontrables.
Les bases sont posées par les diverses traditions, mais je m’efforcerai de les justifier.

 

                                                                                                                                                                                                                                                          27

 

X. Dieu et Sa création : premier principe

 


(Paroles cachées 1.66)[Dieu] « Vous serez empêchés de m'aimer et les âmes seront troublées
lorsqu'elles me mentionneront; car l'intelligence ne peut me comprendre ni le coeur me contenir. »
On ne peut connaître de Dieu que Ses manifestations, les résultats de Ses actions à notre niveau. Il
me paraît difficile de nier une origine à l’existence de l’univers -ne pas s’y intéresser est autre
chose-, et par principe Dieu est le Créateur.
(Coran 7.52) « La création et le gouvernement de toutes choses ne lui appartiennent-ils pas ? Béni
soit Dieu, maître de l’univers. »
(Paroles cachées 1.3) [Dieu] « Voilé en mon existence immémoriale et dans l'antique éternité de
mon essence, j'ai connu mon amour pour toi, aussi t'ai-je créé. J'ai gravé en toi mon image et je t'ai
révélé ma beauté. »
Que dit la Tradition indienne?
Une difficulté qui apparaît dans les vedas est la multiplicité des désignations possibles de Dieu. On
trouve Ishvara, parabrahman, brahman, paratman, atman, parama purusha, purusha, purushottama,
tat , pour ne citer que les plus évidents; « para » ajoutant une notion de superlatif et d’absolu, et en
vertu du principe selon lequel Dieu est strictement supérieur à Dieu, la théorie voudrait que seuls
les parabidules puissent désigner Dieu, mais ce n’est pas le cas.
Dieu étant à juste titre considéré comme indéfinissable, c'est souvent tat, « cela » qui est utilisé
pour Le désigner, Brahman pouvant représenter des concepts différents. Ainsi, lorsque l'on trouve
« Brahman créa l'univers » et dit par un Maître « Je suis Brahman », il est évident que le Maître en
question n'a pas crée l'univers.
De bons exemples valent mieux qu’une argumentation valseuse :
(108up. Nirvana 2 p.892) « Le ParamaHamsa, le Cygne suprême, dit : Je suis Lui (Brahman). »
(108up. Nirvana 29 p.892) « Ce Brahman connu sous cent noms, comme Vishnu, Brahma(1), etc. est
le but ultime. »
(108up. Ganapati 5 et 6 p.555) « Tu est la parole. Tu est la conscience. Tu est la félicité. Tu es
Brahman.[..] Tu es la connaissance. Tu est l’intelligence. Tu es le créateur de cet immense univers.
Tu le préserves. »
(108up. Katha 2-II-8 p.251) « Lui, le Purusha [..], il est indéniablement le Pur, il est Brahman, on
l’appelle l’immortel. Tous les mondes sont contenus en lui [..]. Oui, c’est cela ».
(108up. Pashupata 30 p.569) « Le Brahman des vedas et des upanishads est l’Atman suprême ».
(108up. Brihadaranyaka IV-iv-5 p.133) « Cet Atman est indéniablement Brahman, et il est
également identique au mental, à l’énergie vitale, à la vue [..] »
Prise à la lettre, cette dernière affirmation peut paraître absurde. Brahman est identique au mental?
Oui, il s’agit bien du mental de chacun. La réponse: La notion d’identité traduite par «est» doit se
comprendre comme la forme abrégée « a les attributs de », associée au contexte.
Il faut donc lire: « le mental a les attributs de Brahman, dans son domaine de compétences ».
Une note de la traductrice dans (Swami Prajnanpad La vérité) précise :
« Brahman désigne dans l'hindouisme l’Être suprême, la Réalité Absolue. »

 

 


note1: Vishnu, l’omnipénétrant, l’omniprésent, est l’aspect conservateur du divin, Brahma son aspect créateur.

 

                                                                                                                                                                                                                                                            28

 

Nous considérerons que Dieu est désigné par Brahman, Atman ou « cela » dans la suite. Jupiter est
un nom réservé. Nous utiliserons davantage « Atman » dans nos commentaires, cette désignation
étant en principe moins porteuse de préjugés que « Dieu ».
Il me paraît important de souligner l’extrême cohérence qui règne dans la nature. Il suffit de penser
à la stabilité des planètes entre elles en dépit de leur mouvement incessant, à l’équilibre entre la
distance terre-soleil et les propriétés de l’eau, aux caractéristiques du carbone et du silicium, du
bois, du papier, etc. La suite est dans le dictionnaire. Albert Einstein: « tout individu réellement
passionné par l'évolution de la science est convaincu de la présence d'un esprit derrière les lois de
l'univers, un Esprit bien supérieur à celui de l'homme, et devant lequel on doit se montrer fort
humble ».

 

                                                                                                                                                                                                                                                         29

XI. Une autre approche de l'unicité de Dieu : deuxième principe

 


L'unicité de Dieu est très souvent affirmée , non sans raison.
Sans le principe d’unicité, il serait facile d’attribuer à des « divinités » ce qui est réellement une
manifestation de Dieu seul.
(Bible Isaïe 44.6) « Je suis le premier et le dernier; moi excepté, il n’y a pas de dieux ».
(Coran 16.51-52) « Dieu a dit : "Ne prenez pas deux divinités. Il n'est qu'un Dieu unique. Donc, ne
craignez que Moi." »
(Livre prières 60.4) « Il n'est pas d'autre Dieu que Toi, l'Ordonnateur suprême, l'Ancien des Jours ».
(Bible Deutéronome 10.14) « C'est bien à Yahvé ton Dieu, qu'appartiennent les cieux, et les cieux
des cieux, la terre et tout ce qui s'y trouve. »
(Coran 3.189) « A Allah appartient le royaume des cieux et de la terre. Et Allah est Omnipotent. »
(108up. Varaha III-1 et 2 p.1067) « Le principe unique ne peut à aucun moment se scinder en de
multiples formes. Du fait que je suis l’Indivisible, il ne peut exister aucun autre que moi. Tout ce qui
peut être vu et tout ce qui peut être entendu n’est pas autre que Brahman. Je suis ce suprême
Brahman, qui est éternel, immaculé, libre, un, félicité indivise, non-dualité, vérité, sagesse et
infini. »
Ne peut on pas alors concevoir toute la création comme une émanation de Dieu, qu'il n'existe
absolument rien qui ne soit pas « relié » au Créateur ? Ainsi, « Dieu unique » pourrait se
comprendre comme « rien hormis Dieu n'existe ».

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                       30

 

Website created by

alexandre m the frenchy, community manager, micro-influenceur, webmaster, référenceur web, audit de business

Copyright© religion-Yoga-Vie 2020 - Tous droits réservés - All rights reserved