Website created by

alexandre m the frenchy, community manager, micro-influenceur, webmaster, référenceur web, audit de business

Copyright© religion-Yoga-Vie 2020 - Tous droits réservés - All rights reserved

manifestation glorieuse, il y a vingt-quatre disciples, soit le double, car la grandeur de cette
manifestation l'exige. »
Oui, mais comme cette manifestation est la dernière, tout ayant été dit clairement, pas de 48 prévu.
Donc douze, vingt-quatre, mais pas quarante-huit.
En rapport avec zéro, mais j'ai trouvé ça intéressant.
Politique et religion ne font pas du tout bon ménage. Des causes politiques ont conduit la chrétienté
à des dérives innommables. A l'inverse, une religion ne devrait en aucun cas servir à imposer les lois
d'un pays. C'est une solution de facilité car il est plus aisé de se référer à des préceptes divins
parfois imaginaires, mais c'est oublier que les religions ont été révélées à une autre époque, n'ayant
plus rien à voir avec l'époque actuelle.
(Leçon Acre 11.24) « La seconde partie de la loi de Dieu, qui a trait au monde matériel, et qui
comprend le jeûne, la prière, les exercices du culte, le mariage, le divorce, l'abolition de l'esclavage,
la poursuite des procès, les transactions, les amendes, les indemnités pour meurtre, violence, vol,
blessures, cette partie de la loi de Dieu qui a trait aux choses matérielles, est modifiée et
transformée dans chaque cycle prophétique, et peut être abrogée. »
Cela ne fera pas plaisir à tout le monde, mais c'est ainsi. Imposer des règles religieuses mal
comprises ou obsolètes à autrui revient à se comporter en faux prophète, une responsabilité que je
ne voudrais à aucun prix assumer.
A propos d’un homme juste, il est dit :
(Livre certitude 2.420) « Il ne doit pas mépriser les méchants, car nul ne sait qui sera jugé bon. »
Que dire alors, de celui qui traite comme des méchants ceux qui ont un mode de vie différent du
sien ?
Il est rassurant de penser que les dictatures religieuses n’ont aucun avenir : en opposition avec les
valeurs fondamentales de la vie (justice, égalité pour tous, donc en particulier entre hommes et
femmes) vont à rebours de l’évolution, et subiront le même sort que les dinosaures.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                 96

XXXIII. Quelques points sur Jésus

 


Le christianisme, coincé entre le Judaïsme et l'Islam, fait l'objet de critiques, qui malheureusement
sont sources de discorde entre religions.
La plus importante est l’ identité entre Jésus et Dieu affirmée par une majorité de chrétiens.
(Leçon Acre 27.2 et 27.3) A propos de la Trinité : « Car la division et la multiplication sont les
particularités des créatures, qui sont des contingences et ce ne sont pas des accidents qui arrivent à
Celui qui existe par Lui-même. La réalité divine est au-delà de l'unité, à plus forte raison de la
multiplicité; et pour elle, la descente dans les conditions et les degrés des créatures serait
l'imperfection absolue, le contraire de la perfection; par conséquent c'est absolument impossible.
Continuellement, elle a été et est dans les hauteurs de la sainteté et de la pureté. »
(Leçon Acre 27.8) « Ainsi la réalité du Christ était un miroir clair et poli qui était de la finesse et de
la pureté les plus grandes, et le Soleil de Vérité, l'Essence de Divinité, a resplendi dans ce miroir, et
il y a manifesté sa lumière et sa chaleur. Mais, de la hauteur de sa sainteté et du ciel de sa divinité, il
n'est pas descendu pour habiter et résider dans le miroir. Non, il continue toujours à subsister dans
son exaltation et sa sublimité, tout en apparaissant et en devenant manifeste dans le miroir, avec sa
beauté et sa perfection. »
Jésus n'est pas Dieu, l'appellation « Fils de Dieu » est à prendre au sens symbolique, sans quoi cela
constitue un abus de langage. De plus, la relation père-fils suppose une temporalité, ce qui est en
soi une absurdité lorsqu’elle fait référence à Dieu. Dans la prière désignée « Je vous salue Marie »,
le vers « Sainte Marie mère de Dieu », s’il est pris à la lettre est tout aussi absurde. Comment Dieu,
par principe origine unique de toute création pourrait-il avoir une mère ?
Pour être plus exact, il faudrait qualifier Marie de « mère de Dieu le Fils » par intervention de
« Dieu le Saint-Esprit », tout en attribuant au mot Dieu des entités spirituelles différentes. C’est
une autre forme d’abus de langage liée à un vocabulaire insuffisant.
Tout compte fait, qui peut prétendre connaître Dieu suffisamment pour dire « Dieu est cela » ?
Les Écritures, quelles que soient leurs origines, ne peuvent en aucun cas faire une description exacte
de Dieu.
Il existe un courant de pensée dans l'Islam qui affirme que ce n'est pas Jésus qui a été crucifié.
(Leçon Acre 29.22) « Aussi, le Christ, en proclamant sa cause, a-t-il sacrifié sa vie : il a regardé la
croix comme son trône, la blessure comme un baume, et le poison comme du miel et du sucre. »
(Leçon Acre 23.12 et 23.13) « Nous prétendons donc que la signification de la résurrection du
Christ est la suivante : les apôtres, après le martyre du Christ, étaient troublés et confondus. La
réalité du Christ, c'est-à- dire ses enseignements, ses bienfaits, ses perfections, son pouvoir spirituel,
pendant deux ou trois jours après son martyre, fut cachée et celée : elle n'était ni apparente, ni
visible; au contraire, elle était perdue; en effet, les croyants étaient peu nombreux, et de plus ils
étaient troublés et confondus. La cause du Christ était comme un corps sans âme. Lorsque, après
trois jours, les apôtres redevinrent fermes et assurés, lorsqu'ils se mirent au service de la cause
chrétienne et résolurent de répandre les enseignements divins, de mettre en vigueur les conseils du
Christ, et de se lever pour le servir, la réalité du Christ resplendit à nouveau, sa bonté devint
apparente, sa religion prit vie, ses enseignements et ses exhortations devinrent visibles et évidents. »
Rien à ajouter.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                              97

 

XXXIV. Évoluer spirituellement

 


Évoluer spirituellement constitue en soi un vrai travail sur soi, sur Soi, mais pas sur soie. Il faut
d'abord le vouloir et utiliser les moyens dont on dispose :
→ jugement : Nous possédons tous dès la naissance la capacité de discerner le bien du mal. Il suffit
de la laisser s'exprimer.
→ intelligence : Les choix opérés dans l'évolution spirituelle doivent tenir compte de notre forme
d'intelligence. L'intelligence existentielle devrait si possible avoir une place particulière.
→ temps : Le temps accordé aux activités spirituelles devrait s’accroître progressivement sans nuire
gravement à la vie courante. Il n'est pas question par exemple de se priver de sommeil ou
de délaisser sa famille.
→ argent : Il peut permettre de participer à des séminaires. Les dons caritatifs sont aussi un bon
moyen d'évolution. Par contre, une pratique spirituelle ne doit pas mettre en danger la
situation financière.
→ religion : Une pratique religieuse permet de bénéficier de l'appui d'un groupe ayant les mêmes
préoccupations. Le choix doit dépendre de notre personnalité. Citons Gandhi : « Les
religions sont comme des routes convergeant vers un même point. Qu'importe que nous
empruntions des voies différentes, pourvu que nous arrivions au même but. »
La première préoccupation devrait être l'action juste.
(Paroles cachées 2.76) « O fils de ma servante! Les directives ont toujours été données par des
paroles et, aujourd'hui, elles sont données par des actes. Chacun doit accomplir des actes purs et
saints, car les paroles sont le propre de tous tandis que de tels actes sont le fait de nos seuls amis.
Efforcez-vous donc,de tout votre coeur et de toute votre âme, de vous distinguer par vos actions.
C'est ce que Nous vous conseillons dans cette sainte et resplendissante tablette. »
Le meilleur guide pour identifier les actes purs et saints est la discrimination, de la compétence de
l’intellect (buddhi) lorsqu’il a appris à écouter la volonté de Dieu.
Mais l'action seule ne peut suffire :
(Leçon Acre 84.1 – 84.3) « Question. - Ceux qui ont pour eux leurs bonnes actions, leur
bienveillance générale, des moeurs louables, qui agissent avec amour et bonté envers toutes les
créatures, qui s'occupent des pauvres, qui s'efforcent d'établir la paix universelle, quel besoin ont-ils
des enseignements divins? D'ailleurs ils croient qu'ils peuvent s'en passer. Quelle est donc leur
condition?
Réponse. - Sachez que de telles actions, de tels efforts, de telles paroles sont louables et approuvés
et qu'ils sont la gloire de l'humanité. Mais ces actions seules ne suffisent pas; c'est un corps de la
plus grande élégance auquel il manquerait l'esprit.
Car ce qui cause la vie immortelle, la gloire éternelle, la spiritualité universelle, le salut et la
prospérité réelle, c'est tout d'abord la connaissance de Dieu; et l'on sait que la connaissance de Dieu
passe avant toute autre connaissance, et qu'elle est la gloire suprême de l'humanité! »
Rappelons que les trois premiers des dix commandements concernent directement Dieu.
(Paroles cachées1.20) « O fils de l'esprit! Mon droit sur toi est grand et ne peut être oublié. Ma
grâce envers toi est munificente, elle ne peut être voilée. Mon amour a fait de toi son foyer, il ne
peut être dissimulé. Ma lumière est manifeste pour toi, elle ne peut être obscurcie ».
Autant il paraît possible à tout un chacun, sous réserve d'efforts suffisants, de mener une vie juste,
autant l'accès à la connaissance de Dieu ne peut s’acquérir directement ni par des actes ni
intellectuellement.
La réponse est que tout chercheur sincère sera aidé:
(Livre prières 6.9 et 6.10) « Tu ne déçois personne parmi ceux qui t'ont cherché et Tu n'écartes de
Toi aucun de ceux qui T'ont désiré. Ordonne pour moi ce qui convient à ta céleste générosité et à
l'océan de ta munificence. »

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                         98

 

Le temps, un paramètre appartenant exclusivement au monde phénoménal, joue peu dans le
domaine spirituel. Il n'est jamais trop tard pour commencer, et des résultats peuvent se manifester
très rapidement, mais aussi tarder à venir. Patience et persévérance sont indispensables.
Pour ceux qui ont déjà une pratique spirituelle, il importe de vérifier qu'elle convient, car ce n'est
pas nécessairement une évidence. Une pratique religieuse peut résulter d'un héritage des parents, ou,
pire, de la belle-mère. Sans forcément la remettre en cause, il peut être intéressant de la compléter
par de la méditation par exemple. La pratique d'une religion doit rendre plus heureux et ne doit en
aucun cas être considérée comme une punition.
Ceux qui sont restés ou devenus éloignés de toute préoccupation spirituelle ne devront pas hésiter à
chercher dans toutes les directions, même simultanément, jusqu'à trouver ce qui leur convient.
Question de feeling. Je conseille la pratique de la méditation et de la prière, les considérant comme
complémentaires, mais ce n'est pas une règle.
Se rapprocher de l'une des quatre religions révélées ou du bouddhisme ne pose en principe pas de
problème. Attention toutefois à l'intégrisme religieux. Le discours « en dehors de nous point de
salut » ne se justifie en aucun cas. Dieu a pris le soin de multiplier les Révélations, certes pour des
raisons historiques, mais cela donne le droit à chacun de choisir avec intelligence ce qui lui
convient.
Les autres groupes ne sont pas dénués d'intérêt, loin de là, -les religions révélées possèdent un
formalisme qui ne convient pas à tout le monde-, mais il faut se méfier du détournement de fond, la
dérive sectaire.
A propos des sectes on retiendra GASPI.
GASPI vient de l'anglais gasp, qui traduit une situation embarrassante.
→ Gaffe
→ Argent: Si le fait pour une association de posséder de l'argent n'est pas forcément le signe d'une
dérive, et s'il est normal qu'elle doive compenser ses frais -les animateurs n'ont pas toujours des
revenus indépendants-, une alerte devrait s'instaurer dès que des sommes demandées atteignent
mille euros anciens (2016), surtout en cas de répétition des demandes. Un reportage sur une secte a
montré que des adeptes avaient laissé 50.000 euros…
→ Sexe: Tout encouragement de pratique sexuelle est contraire à la spiritualité.
→ Pouvoir: La manifestation de pouvoir de la part d'un autre membre est à proscrire.
→ Isolement: En aucun cas, un tel groupe ne peut isoler ses adeptes de leur famille et leurs amis.
Le prosélytisme est par contre inévitable de la part des adeptes. Il tient de la logique « j'ai une
bonne voiture, tout le monde devrait avoir la même, et tant pis si mon airbag ne fonctionne pas ».
S’il est tout à fait louable de vouloir intéresser les autres à une dimension spirituelle, il faut le faire
avec intelligence. Je donne ici deux exemples issus de ma vie professionnelle:
• Un intérimaire n’arrêtait pas de vanter sa religion au point d’agacer tous ses collègues.
Évidemment, son contrat n’a pas été renouvelé.
• Un ingénieur technico-commercial glissait discrètement « Il ne faut pas mentir au client » ou
« ma religion me l’interdit ». J’ai toujours su de quelle religion il s’agissait, mais ne lui ai jamais
rien demandé, étant dans ma période d’obscurantisme religieux.
Un prosélytisme envahissant est souvent ressenti comme une agression, discret il laisse l’initiative à
la future victime.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                99

XXXV. Conclusion

 


J’aurais pu intituler ce livre « La vraie vie est ailleurs ». A la différence des Xfiles, cet ailleurs n’est
pas totalement isolé de nous. Si l’on réfléchit sincèrement sur la condition humaine, on constate
qu’il ne restera pratiquement rien de notre passage sur Terre. Je ne sais à peu près rien de mes
arrière-arrière grands parents, et ne suis pas un cas isolé. Tous les Maîtres spirituels nous
enseignent que l’âme seule revêt une importance, et que la seule loi qui compte vraiment est de
rendre hommage à notre Créateur. C’est ainsi.
Tous ceux qui ont étudié une religion de façon sincère devraient estimer que je n’ai rien dit de bien
nouveau. J’ai surtout mis l’accent sur l’uniformité du message au niveau le plus fondamental (ce qui
est en soi une évidence, l’inverse témoignerait d’une incohérence de Dieu) et sur la valeur de la
dimension spirituelle dans la vie. La célèbre phrase de Winston Churchill « Les Américains et les
Anglais sont deux peuples séparés par la même langue » peut se transposer en « Toutes les
religions, ainsi que le Yoga, sont séparés par la même réalité ».
Le message commun très simple: Il ne faut négliger ni Dieu ni son prochain. Les religions,
influencées par l'époque où elles sont nées, se sont développées en suivant des contingences
humaines, et ont souvent intégré des erreurs humaines. Leurs directives n'ont donc pas de caractère
absolu. Au même titre qu'il y a différentes races et différentes cultures sociales, il existe différentes
cultures religieuses. La diversité est par nature source de richesse. Porter un jugement négatif sur
une pratique religieuse est souvent le résultat d'une ignorance entretenue, et une attitude stérile
incompatible avec l'évolution spirituelle.
La démarche utilisée pour évoluer spirituellement se doit d'être personnelle et librement consentie.
Hors processus d'éducation (et encore(1)), imposer une forme de religion à quiconque est un abus de
pouvoir hautement répréhensible. Nous possédons tous un guide spirituel très fiable, à condition de
l’accepter : la capacité naturelle donnée à l’intellect (buddhi) de reconnaître la volonté de Dieu.
Une vision bien pessimiste, mais non exempte de réalisme d’une vie exempte de spiritualité:
(108up. Maha VI-23 et 24 p.401)(2) « Dans l’enfance, on est stupéfait par l’ignorance; dans la
jeunesse, on est vaincu par une femme. Pour le restant de son temps, on est inquiété par son épouse.
Que peut-on accomplir en temps qu’homme de moyenne capacité? Mais la suite a de quoi faire
hurler : l’irréalité chevauche sur les vagues de l’existence; la laideur sur celle des jolies choses; la
peine sur celle des plaisirs. Y a-t-il une seule entité à laquelle on puisse se raccrocher? »
Toutes nos souffrances proviennent de notre incapacité à satisfaire nos désirs. On pourrait penser
être heureux en possédant l’univers. Mais la possession d'un objet n’étant jamais que de l'intégrer
dans notre petit monde personnel, il manquerait sûrement l'amour sincère et le respect de tous, sans
compter celui de Dieu. La séparation affective deviendrait cause de souffrance.
Si par contre tous les êtres sont ressentis comme étant unis à soi-même, il n'y a plus de malheur
possible. L'état réalisé, le nirvana, l' Atman, n'est rien d'autre que de vivre en harmonie, en unité
avec la création. C'est être à l'image de Dieu. Les vedas, enseignent que la dualité n'existe pas, c'est
uniquement notre conscience qui lui donne une réalité. Il faut donc agir sur notre conscience pour
pouvoir devenir fondamentalement heureux. Le fils du messager de la Foi bahaie quittait souvent
ses hôtes en leur disant : vous êtes heureux ? Soyez heureux.
Le Yoga, en alliant soin du corps et développement de l'intelligence existentielle permet l'accès à
une autre dimension de la vie spirituelle, mais requiert du temps dont on ne dispose pas forcément.

 

 


note1: Une éducation religieuse indigeste peut induire un traumatisme suffisamment fort pour rendre définitif le refus de toute forme
de spiritualité.
note2: Un lecteur attentif aura remarqué la fréquence des extraits de la Maha upanishad. C’est à mon avis la plus belle, à la fois de par
sa clarté et son humour.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                          100