Avant propos

 


Mon intention initiale de rédiger un blog plus restreint traitant de l'essence des religions s’est
heurtée à une bien triste réalité. En parcourant les forums spécialisés, il apparaît clairement que les
discussions ne sont que batailles rangées entre religions, utilisant la plupart du temps des prétextes
sordides. Les passions s'expriment de façon radicalement opposée à toute démarche spirituelle.
Ce document est né de la question : « Quelle est la relation entre méditation et religion ? »
Tout le monde ne se pose pas ce genre de question. Une petite totobiographie
(1) peut en éclairer les
motivations :


Mon éducation de « bonne famille » m’a fait passer plusieurs années dans des écoles privées
catholiques. Comme une majorité de jeunes nés dans les années cinquante, la trop grande rigidité de
l’enseignement religieux et des pratiques associées ne m’a jamais convenu. Restant malgré tout
attirée par la spiritualité, j’ai débuté la méditation vers l’âge de vingt ans. Les résultats
spectaculaires m’ont inquiété. Je sais maintenant que c’était stupide, mais il faut que jeunesse se
passe. Des recherches entreprises alors pour me rassurer n’ont pas abouti.
Les hasards de la vie m’ont conduit ensuite vers une vie sociale normale (travail, famille, patrie)
globalement peu satisfaisante. Point positif tout de même : mes enfants s’en sont bien sortis et ont
l’air heureux.
Les hasards de la vie m’en ont sortie brutalement (accident cardiaque puis plus tard de la circulation
routière). La nature a ainsi repris ses droits. Non seulement le niveau spirituel de la vie s’est imposé
à moi, mais de nombreuses réponses à des questions liées au domaine spirituel me sont apparues
spontanément.
De mon temps, j'ai dit spontanément deux phrases dont je réalise plus de trente ans plus tard, à quel
point elles étaient justes : « Croire en Dieu, c'est un état » et « Le but à atteindre dans la vie est la
sainteté ».
Dans ce livre, il sera fait usage de nombreuses citations, pour trois raisons :
Les extraits acceptables de livres reconnus par une religion ne doivent pas être déformés. Un
commentaire peut éventuellement lever une ambiguïté.
D'autre part, il me paraît peu pertinent d'essayer améliorer ce qui a été très bien expliqué par
d'autres auteurs. Leur travail mérite d’être mis en valeur.
Enfin, je considère comme streng verboten, id est absolument interdit d’interpréter la volonté de
Dieu.
Une connaissance intellectuelle peut paraître vaine en matière de religions - ou plutôt dans le
domaine spirituel -, mais elle peut à la fois apporter une motivation indispensable et invoquer une
direction dans une recherche de la vérité, un vaste programme.
Si d’authentiques religions ne sont pas mentionnées dans ce livre, ce n'est pas en raison de leur
manque de valeur, mais une conséquence de mon ignorance à leur sujet. Une très sincère conviction
m’a incitée à ne jamais dévaloriser une religion -les accidents d'ordre politique sont autre chose -,
mais une maladresse d'expression a pu survenir, pouvant suggérer le contraire.

 

 

 

note1:  NdA - Il faudra s’habituer. La faute d’orthographe est volontaire.
                                                                                             

                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                                                                                             

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       6

Enfin, considérant que spiritualité n'est pas synonyme de neurasthénie, j'ai adopté un style un peu
libre, et parfois même le style frappadingue
(1) impitoyablement débridé, qui est à la littérature ce que
l'impressionnisme
(2) est à la peinture. Les quelques dérives parfois déjantées ne devront pas laisser
supposer un manque de sérieux du thème abordé: la condition éphémère que représente la vie de
chacun sur terre masque le plus souvent la dimension immatérielle -esprit, conscience-, par nature
éternelle, à laquelle elle est intimement liée.
Le développement spirituel étant d’abord une façon de vivre, différents thèmes seront abordés.
Les mots sanskrits utilisés seront écrits sous forme principalement phonétique; il ne sera pas non
plus tenu compte du genre de ces mots: ils seront donc utilisés indifféremment au masculin ou au
féminin. De même, en ce qui les concerne, l’usage de majuscules ne sera pas fait avec une grande
rigueur.

 

 

 


note1: NdA  Outre le fait que ce style est mon style naturel, il permet de faire coexister des contraires, comme dans l’exemple :
Il existe ! Il n’existe pas ! Il existe et n’existe pas ! Il est ce qui n’existe pas ! (Mandukya upanishad)
La spiritualité est par essence est par essence « un contraire » tout en n’étant pas un...
Certaines âneries particulièrement chevaleresques pourront aussi se laisser entraîner par ce style. Soyons vigilants.
De toute façon, la qualité d’un style ne fait pas forcément l’unanimité. C’est ainsi, que faisant remarquer à un professeur agrégé
de français qu’il était stupide, essentiellement en raison de la pauvreté du thème, d’imposer Lucien Leuwen de Stendhal en
classes préparatoires scientifiques (dites Math Sup & spé), mon insécable interlocuteur me rétorqua: « Mais, madame, Stendhal,
c’est du bon Français ! ». Tiré du livre des éditions Fantasy 2016 « comment il ne faut pas écrire » par Antoine Albalat page 36,
écrit à propos de Stendhal: « Ainsi s’explique la mauvaise qualité de son style ». Contre-publicité gratuite. Il fallait bien que
j’écrivisse cette remarque afin qu’elle informasse le lecteur et qu’il fût ainsi nonobstant plus confiant et ne pétât point un câble.


note2: L’impressionnisme est aussi une école littéraire dont la caractéristique principale est l’impression du texte avec des caractères
flous, ce que nous espérons éviter. J’ai acquis récemment un livre imprimé en 1930 qui montre ô combien cet art pictural fut
jadis à la mode.

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                 7

Introduction

 


La mémoire populaire attribue souvent à tort au philosophe André Malraux la phrase « Le XXIe
siècle sera religieux ou ne sera pas. » ou sa variante « Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas. »
La phrase authentique d’André Malraux, prononcée en 1946, fut celle-ci: « Le problème capital de
la fin du siècle sera le problème religieux, sous une forme aussi différente de celle que nous
connaissons que le christianisme le fut des religions antiques. »
Dans son blog « Malraux et le religieux », Frédéric Lenoir développe ainsi le thème:
« Malraux croyait les religions aussi mortelles que l’étaient les civilisations pour Valéry. Mais elles
répondaient pour lui à une fonction positive fondamentale, qui continuera à fonctionner: celle de
créer des dieux
(1) qui sont ‘les torches une à une allumées par l’homme pour éclairer la voie qui
l’arrache à la bête’. Lorsque Malraux affirme que la tâche du XXIe siècle sera de réintroduire les
dieux dans l’homme, il en appelle ainsi à un nouveau sursaut de religiosité, mais qui viendra du plus
profond de l’esprit humain et qui ira dans le sens d’une intégration consciente du divin dans la
psyché – à l’image des démons de la psychanalyse
(2) – et non d’une projection du divin vers une
extériorité, comme cela était souvent le cas des religions traditionnelles.
Autrement dit, Malraux attendait l’avènement d’une nouvelle spiritualité aux couleurs de l’homme,
spiritualité qui est peut-être en germe, mais qui est encore bien étouffée en ce début de siècle par la
fureur du choc des identités religieuses traditionnelles.»
Bien davantage qu’une « nouvelle spiritualité », il faut entendre « une expression nouvelle de la
spiritualité ». La spiritualité est une forme de conscience, immortelle par nature, indépendante de la
coloration que chaque religion a pu lui donner . C’est ce que nous espérons démontrer dans ce livre.
Nous avons la chance, grâce aux Maîtres spirituels qui nous ont précédé, de pouvoir nous appuyer
sur des siècles de Révélations, qui, une fois dépoussiérées, dévoilent toutes la même réalité.


 

 

note1: La notion de dieux (au pluriel) ayant une forte connotation païenne, j’aurais choisi la formulation « Révéler l’existence de
guides spirituels».
note2: Allusion à la phrase authentique de Malraux « Depuis cinquante ans la psychologie réintègre les démons dans l’homme. Tel est
le bilan sérieux de la psychanalyse. »

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                          8

Copyright© religion-Yoga-Vie 2020 - Tous droits réservés - All rights reserved